Recherche |

Projet 2014-2019

Objectifs scientifiques

Pour la période 2014-1019, outre la confrontation des approches de l’international et le perfectionnement des outils méthodologiques (notamment analyse de correspondances multiple et analyse de réseaux) et l’exploration de leur complémentarité, le CESSP se donne quatre principaux objectifs scientifiques :

  • Le renouvellement des connaissances dans des domaines déjà établis comme la sociologie politique, la stratification sociale, la sociologie des élites, la sociologie des médias, la sociologie de la culture, à travers l’étude de nouveaux terrains ou de processus encore mal connus comme les stratégies et formes d’internationalisation.
  • La production de connaissances sur les transformations actuelles du monde social dans différents domaines (économie, politique, mouvements sociaux, médias, culture, savoirs), à travers l’étude des processus de mondialisation, d’européanisation, et de leurs effets au niveau macro, meso et micro.
  • La structuration de deux domaines de recherche au niveau national et international : les "sciences sociales du politique" et les « social science studies ».

--------------------------------------------------

Introduction

Les travaux menés au CESSP visent avant tout à renouveler notre connaissance du monde social et de ses transformations autour de quatre thématiques :

 

1- En premier lieu, l'étude de phénomènes comme la globalisation, les stratégies d'internationalisation dans divers domaines – éducation, culture, militantisme –, la construction européenne, que, à la différence des approches qui prévalent à l'étranger, les chercheur.e.s du CESSP n'appréhendent pas comme un donné, mais comme des processus qui sont le fruit de l'action d'agents sociaux (individus et institutions), mus par des intérêts spécifiques dont il faut restituer la logique propre, et pouvant se heurter à des obstacles, des inerties ou des oppositions génératrices de conflits. Cette démarche a été mise en œuvre dans plusieurs enquêtes collectives – sur les juristes en Europe, sur le Forum social de Dakar, sur l’advocacy, sur l’internationalisation des systèmes d’enseignements, sur la circulation des livres de littérature et de sciences sociales en traduction –, dont les résultats feront l’objet de publications qui contribueront à renouveler la connaissance de ces phénomènes. Outre les recherches par domaine, ces études soulèvent un ensemble de questions méthodologiques qui seront abordées dans un handbook des sciences sociales de l’international, afin de structurer ce domaine de recherche. (Voir la thématique : « Going Global ? Processus d'internationalisation et d'européanisation »).

 

2- Deuxièmement, l'étude des rapports de pouvoir et de domination générateurs d'inégalités sociales, qu'ils contribuent à perpétuer : inégalités entre classes (prenant en compte non seulement le capital économique, mais aussi culturel, social et symbolique), entre sexes (appréhendés non seulement comme une variable mais à travers les processus d'assignation du « genre »), entre générations (dont il faut étudier les formes de socialisation) et entre groupes « ethniques » (constitués par des phénomènes de racialisation) ou tout autre forme de différenciation. Là encore, ces différences ne sont pas, comme c'est trop souvent le cas, prises pour un donné mais pour le résultat de rapports sociaux qu'il faut étudier en tant que tels, en prenant en considération le rôle structurant des institutions (politiques, sociales, éducatives, culturelles, religieuses) et la manière dont les individus intériorisent ou combattent les catégories de classement qui leur sont imposées, ainsi que les luttes de concurrence entre groupes sociaux, professionnels ou autres, et en leur sein. Une enquête financée par l’ANR s’attachera, par exemple, à étudier la manière dont la participation militante affecte les trajectoires militantes. Étant donné les champs de compétences du CESSP, les institutions et milieux politiques constituent un objet de prédilection, comme la formation et la reproduction d'autres types d'élites, économiques et culturelles, ainsi que les modes d'encadrement des classes populaires. Certains de ces projets seront menés en collaboration avec des chercheurs étrangers, notamment dans le cadre d’un partenariat avec l’université de Columbia sur la sociologie des élites, et d’un projet financé par la Fondation nationale de la recherche norvégienne (Voir la thématique « Pouvoirs et rapports de domination »).

 

3- Il en va de même pour les représentations, les opinions, les formes symboliques, qui sont étudiées à travers les processus par lesquelles elles sont produites, diffusées et appropriées par des individus et des institutions selon des logiques spécifiques qui ne sont pas réductibles à l'intérêt rationnel. Ces représentations, opinions, formes symboliques ont à leur tour des effets sociaux, elles peuvent conforter l'ordre établi ou avoir une dimension contestataire et contribuer à faire évoluer ou changer les schèmes de perceptions prédominants. La production du consentement est au cœur de ces processus, et fera l'objet d'une attention particulière, à travers les dispositifs visant à favoriser la participation politique, le rôle des médias, les processus de légitimation des produits culturels et de « démocratisation » de l'accès à la culture (par exemple à travers l'étude des publics de la musique classique), tout en s'interrogeant sur les effets d'exclusion. Du côté de la production, on s'intéressera aux transformations des industries culturelles sous l'effet des concentrations (livre, presse, cinéma), et aux évolutions de la division du travail qui seront des problématiques transversales à l'axe dans les différents domaines étudiés, qu'il s'agisse de la création artistique (le cinéma notamment) ou des médias. Du côté de la circulation, on prêtera une attention particulière aux stratégies d'internationalisation, croisant ainsi les problématiques du premier axe. (Voir la thématique « Économie des biens symboliques : production, circulation, appropriations »).

 

4- Les savoirs sont abordés selon les mêmes principes : conditions de production, de circulation et d'appropriation (usages sociaux des savoirs). Le projet collaboratif européen INTERCO-SSH porté par le CESSP dans le cadre du 7e PCRD, en partenariat avec six établissements étrangers, fédérera les travaux sur l'histoire sociale des sciences sociales et permettra une étude comparative de grande ampleur sur l'institutionnalisation des disciplines des sciences humaines et sociales en Europe depuis 1945, l’évolution des échanges entre pays et entre disciplines (circulation des personnes, traductions, copublications), et la circulation internationale des paradigmes, théories et controverses (logiques d'importation, modalités de réception). Seront notamment étudiées les frontières entre sciences sociales, sciences humaines, sciences cognitives et sciences de la nature. Les travaux sur les transformations du champ médical depuis 1945 permettront d'explorer les secteurs d'intersection, notamment autour des savoirs sur l'enfance. Cet axe vise tout d'abord à contribuer au renouvellement des social science studies en ancrant véritablement l’analyse des pratiques scientifiques et de leurs évolutions dans leur environnement social, politique et économique. Il vise parallèlement à développer les social science studies comme un domaine de recherche à part entière. Le projet d'une Encyclopédie des sciences sociales du politique dans le cadre du Labex TEPSIS permettra enfin de capitaliser et de diffuser plus largement les acquis théoriques et méthodologiques de cet axe. (Voir la thématique « Sociologie historique des sciences : modernisation, internationalisation, interdépendances »).

 

Ces différentes thématiques pourront alimenter le dialogue interdisciplinaire du Labex TEPSIS : Transformations de l’État, Politisation des sociétés, Institution du social. Réputé pour son approche sociologique d’objets traditionnels de la science politique, centrée sur les acteurs et les institutions qui font la politique et les politiques, le CESSP contribuera au projet de Labex « TEPSIS » en étudiant les enjeux de la gouvernance et de la régulation dans le contexte de la globalisation comme dans celui de la construction européenne. Comment ces processus affectent-ils les relations entre Etats européens et avec des pays non européens, notamment des pays africains émergents ? Quels sont leurs effets sur la pauvreté et la transformation des conditions de travail des classes populaires ? Existe-t-il une élite du pouvoir internationale ou européenne, ou bien l’élite se définit-elle encore nationalement ? Où et comment ces élites sont-elles formées ? Parallèlement à l’étude des acteurs politiques au niveau local, national et supranational, le CESSP conduira son programme de recherche sur les mouvements sociaux (notamment, les mouvements anti-mondialisation et les syndicats européens) et sur la construction d’une sphère publique européenne.

 

Le Labex ouvre des opportunités de financement de thèses et de recrutement de post-doctorants qui viendront soutenir le projet de l’équipe. Il offre un cadre de dialogue interdisciplinaire et des possibilités de développer des échanges réguliers avec les autres laboratoires de sociologie et d’histoire de l'EHESS membres du labex (IRIS, CMH, CRH, etc.), ainsi que ceux spécialisés dans les aires culturelles. Il permettra de structurer le domaine des « sciences sociales du politique ».

Rubriques à consulter

EHESS
cnrs
Cessp

flux rss  Actualités

« Sociologie générale », vol. 1

« Cours au Collège de France (1981-1983) » de Pierre Bourdieu.

Lire la suite

French sociology, Johan Heilbron, Cornell University Press, 2015

Extrait : French sociology offers a uniquely comprehensive view of the oldest and still one of the most vibrant national traditions in sociology. Johan Heilbron covers the development of sociology in France from its beginnings in the early nineteenth century (...)

Lire la suite

Lire les sciences sociales, séance sociologie de l'art

Le mercredi 20 mai 2015, séance de Lire les sciences sociales consacrée à la sociologie de l'art

Lire la suite

« Âges et générations » de Gérard Mauger

Extrait : Choc des générations et générations de la crise, crise d’adolescence et complexe d’OEdipe, culture jeune et universités du troisième âge, chômage des jeunes et intellos (...)

Lire la suite

CSE-EHESS

190-198 avenue de France 75013 Paris

Jocelyne Pichot

Tél. 33 (0)1 49 54 20 95

 

Site Pouchet

59-61 rue Pouchet

75017 Paris

 

CRPS-Université de Paris 1

14 rue Cujas 75005 Paris

Catherine Bailleux

Tél : 33 (0)1.40.46.28.28

Fax 33 / (0)1.40.46.31.65